English

L'inventeur

Faits historiques

L'inspiration de l'inventeur

La formule de la pyramide

Un peu d'astrologie

Photos du jeu et instructions

Petite biographie et photos

Endroits fréquentés par l'inventeur

Autres agréments

 

Faits historiques


Le principal artisan de la préhistoire de l’Harricana et de l’Abitibi, est ce grand glacier qui a laissé des traces dans la région, il y a des milliers d’années, lors de la dernière glaciation.

Cette gigantesque masse de glace venant du Labrador a traversé le territoire du nord au sud. À la faveur d’un réchauffement, il y a environ dix mille ans, il retraversa la région refluant vers le nord. Dans son empressement à fuir le sud, il creusa plusieurs bassins d’eau et des rivières en direction de la baie James puis de la baie d’Hudson.

Le sol de l’Abitibi provient lui, en fait, des dépôts laissés par le glacier. Celui-ci a déposé d’abord une couche de moraine, ensuite des eskers, puis de l’argile. Ce phénomène est le résultat final d’un long travail de broyage, de tributation et de pulvérisation qui a transformé le matériel rocheux charrié par le glacier en une « farine de roche ». Ce matériel très fin s’est déposé dans l’immensité des eaux de fonte du glacier. Après des milliers d’années, une grande partie des eaux s’est retirée et l’argile qu’elle contenait s’est déposée sur la moraine et sur une partie des eskers.

On accorde généralement, au mot algonquin « Harricana », qu’il signifie en français « rivière aux biscuits ». Ces biscuits font référence aux galets d’argile forgés par la nature au cours des millénaires. Ces concrétions calcaires sont aussi appelées « pierres de fée ». On les retrouve en quantité, notamment, sur les bords du lac La Motte.